samedi 19 avril 2008

Zona et Mouna-juste pour l'assonance


Quand je reste à Gre, j'ai mon petit rendez-vous avec le cinéma Le Club le vendredi soir. Pourquoi? Parce que je veux être en forme le samedi pour courir après ma liste (à rallonge) du wiken. Soirée tardive à prohiber, donc ;) (une invitation alléchante peut aussi poser son veto)

Hier, je suis allée voir la Zona, un film mexicain de Rodrigo Pla, dont je ne savais rien. Une toile en freelance en quelque sorte.
Ce thriller m'a totalement engloutie du début à la fin. Certes, les personnages manquent quelque peu de relief, "El gorillo" n'a rien d'humain, les policiers sont des ripoux ou des brutes sans concession mais...le personnage d' Alejandro m'a beaucoup touchée. Sa relation avec le "criminel" est très bien amenée. J'ai aussi aimé ses boucles brunes et ses grands yeux doux. Non, ce n'est pas le Louis Garrel mexicain, quoique...un peu trop jeune!

Je n'évoquerai pas en détail mes autres films de la quinzaine. Le premier, Deux soeurs pour un roi, vaut surtout par la présence de la sublime Nathalie Portman et de l'exquise Scarlett Johansson, dont je trouve la bouche pulpeuse en coeur ravissante. Erci Bana incarne un Henry VIII très très hot aux abdos de cascadeur.
Le second film, le très frenchie J'ai toujours rêvé d'être un gangster m'a un peu crispée par ses scènes éternisantes et ses gagounets télescopés. A noter tout de même que l'échange entre Alain Bashung et Arno est succulente et  le sourire coquinement enjôleur de Jean Roch', tout bonnement à croquer.

Zappons vers la mouna. La mouna, je l'ai découverte grâce à Alain, mon voisin de bureau au journal. Il me parlait de ses pétrissages du dimanche et moi, je l'ai furtivement exhorté à me faire goûter à sa brioche pied-noir, la mouna. Le lendemain, il m'en a apportée une, rien que pour moi. Il est vraiment adorable et parle avec un amour palpable de sa fille (la chanceuse. Ce n'est vraiment pas juste. L'amour d'un père à sa fille, ça me fait toujours frissonner
Délicieuse, sa brioche, que j'ai goûtée un peu en cachette à peine reçue! Il m'a vite filé sa recette que j'ai griffonnée sur mon calepin réservé aux reportages...
Et la voilà...


Pour deux belles mounas
-30 g de levure de bière + 4-5 cuil
lères d'eau chaude (moi j'ai mis 2 sachets de levure de boulangerie)
-500 g de farine
-100 g de sucre+ 3-4 cuillerées pour le dessus cristallisé (mmmmm!)
-3 oeufs
-1/2 verre d'huile (moit' tournesol, moit' olive légère)
-1 sachet de sucre vanillé
-le zeste d'un citron (ou orange, ou les 2)
-1 petit godet de rhum (j'ai remplacé par du thé roïboos + un peu de sucre rapadura)

Préambule : Mettre la levure et l'eau dans un petit verre pour une petite demi-heure
1e phase : mélanger oeufs, sucreS (!), huile, rhum, zeste (s). Ajouter le levain (levure+eau). Ajouter progressivement la farine. No soucy si la pâte est un peu collante. Laisser lever 1 heure.
2e phase : Pétrir la pâte, ajouter de la farine si elle est encore collante (j'ai dû en rajouter pas mal). Après j'ai pétri au feeling (Alain a une "machine à pétrir", lui ;)). Séparer en deux boules, poser sur la plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
Laisser lever 3 heures.
3e phase : badigeonner les deux mounas de lait (ou thé roïboos), parsemer du sucre cristal ou mieux, du sucre en morceaux, grossièrement écrasés. Enfourner pour 20-25 minutes à 180°

1 commentaire:

jess a dit…

Et là, nous étions ensemble devant la Zona, au club.