samedi 20 décembre 2008

J'ai toujours détesté les Campers*


Jean (un accessoire en vraie fourrure) mais poseur retors, hihi
Débardeur American Vintage

*Avec cette phrase, la période M&M's a pris fin. 

Quand je m'esbaudissais sur le look trop chou de mon Espagnol, mon amie C. hochait, résignée, la tête : "Claire, that's love". Les pieds mignons de M L'Espagnol en Campers étaient  alors gratifiés de doux regards d'approbation stylistique. "Oh, M!" 

Ca c'était avant. Avant que je ne m'enfuisse de chez lui avec mon "sac de week-end" quintalitique. Over-lourd. Oppressant. Je n'ai jamais su voyager léger.

Voilà. Je n'ai même pas pu claquer élégamment la porte, empêtrée que j'étais. M Le Maudit.

De toutes façons, j'ai toujours détesté les Campers. Et bien évidemment, son look ne valait rien. Mais je le valais bien.

As-tu déjà aimé pour la beauté du geste? As-tu déjà croqué, la pomme à pleine dents? Cette année oui. Deux fois. Deux courtes amours. Deux amoureux. Ils ont embelli ma vie. Mais la pomme était dure.

C'est ça que je veux, aimer comme si c'était pour toute la vie, alors que ce n'est pas vrai. Cool & classe. 


1 commentaire:

aliabio a dit…

When the moon hits your eye
Like a big pizza pie
That's amore!
When the world seems to shine
Like you've had too much wine
That's amore!