lundi 6 décembre 2010

Reviens.

Photo de Shirin Neshat

Il devait porter une serviette autour des hanches. Il m'a raccompagnée et comme l'air du palier le faisait frissonner, il s'est empressé de fermer la porte en grelottant. Puis il a gratté- signe qu'il était juste là derrière, encore tout près. J'attendais l'ascenseur.

Je suis partie avec mes pensées au fond des pieds. Battre le pavé les ferait se dissoudre dans l'air froid comme les glaçons. (Les allemands disent eiskalt. Alors moi aussi.) J'ai toujours essayé d'amoindrir la peine des départs. Instinct de protection. Je pense aujourd'hui qu'il vaut mieux la ressentir, cette douleur.

J'ai à nouveau tenté de la dompter ce soir. Mais ça ne marche pas. L'avocat était tendre, je l'ai intimement* lié aux échalotes, ajouté le persil, le citron, la crème d'avoine. Mixé. Fleur de sel et piment d'espelette. Ce devait être savoureux mais rien n'a plus de goût sans toi.

*Je n'aime pas trop les adverbes, mais ce intimement culinaire, je l'ai toujours trouvé apaisant.

1 commentaire:

jess a dit…

Ah oui, bah oui.