lundi 9 mars 2009

Butinons, c'est le Printemps*


J'anticipe un petit peu sur le Printemps car il est trop tard pour les bonnes résolutions et puis le Printemps, les boutons qui éclosent et autres chatons de peuplier odorants, c'est quand même bien plus coule que les galvaudées bonnes rés' du premier Janv'. 

Car il est  (Prin)temps de graver la chose dans le vortex du virtuel : c'en est fini de mon état perpétuel de kid-in-love. Ils ont réussi (quelques éléments) à le flétrir. Tant pis pour eux (tous). 

Je vais me la jouer butine à présent. Et ce pour un moment encore indéterminé. J'en discutais ce matin avec mon amie B. qui me confiait aussi "j'ai envie de picorer maintenant, de me faire traiter comme une princesse". C'est la tendance pré-printanière. A suivre bien entendu par toutes. 

Les règles de bases : 

- Il (le mâle cotoyé) sera toujours anonyme ou affublé de nom d'animal. (Ce n'est que naturel après cette succession de coq, chien, vermisseau et porc.)

- Il ne sera nullement sujet de confidences. Il n'existera que physiquement
Je pense en outre que mon entourage se réjouira de la cessation de mes logorrhées de "trop chou - über-cool-- mignonnet- absofuckin'lutely adorable" en parallèle avec "ingrat - ignoblement lâche - juste incroyablement mou - bizarrement incongru - plouc".

- Les communications - venant de notre part seront laconiques. Le bref coup de phone sera privilégié le cas échéant. Les missives écrites seront exclues (à l'exception d'un sms de rupture, voire du post-it : "Sorry, I can't".) Nous nous ferons un devoir de ne pas répondre à leur lettre/coup de fil/texto/mail.

- Les investissements de notre part en temps et en sous seront réduits comme peau de chagrin (le ou les mâles utiles seront donc proches et n'auront le droit à nulle exigence - ou post-it direct) La lingerie ancienne sera de rigueur, l'épilation se fera à la maison, les masques et autres crèmes de nuit seront privilégiées au "je garde mon make-up pendant l'amour parce que je veux rester au top".  A oublier direct. (Idem le cas de figure "je garde mes lentilles la nuit pour mieux le voir".)

-Nous ne penserons guère à lui et ce sera bien entendu notre "mood" qui dictera la rencontre (ou pas). Nos explications seront vaseuses et juste nulles s'il en demande. Nous aurons le devoir de les désinformer. 

Ils vont adorer.

*Au Printemps, la légèreté est de rigueur

2 commentaires:

Alia a dit…

Hah... à envoyer à toutes mes copines!!

Cléo a dit…

Ey, ça fait plaisir de te lire Alia! J'ai pas l'impression que le message passe si bien autour de moi...Je passe pour une "fille frustrée en colère"! Si faux, si faux...